10/05/2018

Éoliennes, une nécessaire pesée d'intérêts

Les généraEoliennesZones_090518.jpgimage001 (2).jpgtions futures auront davantage besoin de nature que d'une production électrique aléatoire et ruineuse.

Le peuple suisse s’est clairement exprimé en faveur d’une transition énergétique qui vise une diminution de la consommation d’énergie et le remplacement progressif des énergies fossiles par des énergies renouvelables.

Cette transition doit être réalisée en accord avec d’autres priorités écologiques, économiques et sociales qui concernent la protection de la nature et du paysage, la santé humaine, l’efficacité énergétique et les coûts de production.

Quelle production éolienne ?

Le peuple suisse s’est prononcé sur des objectifs généraux sous forme de valeurs indicatives, mais pas sur la contribution spécifique de l’éolien. Le Conseil fédéral indiquait toutefois dans son message un potentiel de production des nouvelles énergies renouvelables de 24,2 TWh d’ici à 2050, dont 11,1 TWh pour le photovoltaïque, 8,8 TWh pour la biomasse, la géothermie et les stations d’épuration et  4 TWh pour l’éolien, soit pour ce dernier 7,5 % de la production totale d’électricité attendue en 2050. Pour parvenir à cette production il faudrait construire, en se basant sur les éoliennes projetées dans la statistique de Pronovo environ 1000 éoliennes industrielles d’une puissance nominale moyenne de 2,3   MW.

Lorsqu’elles fonctionnent les éoliennes produisent une importante quantité d’électricité à forte puissance. C’est à la fois un avantage et un inconvénient car, comme la production est intermittente, elle nécessite d’importantes lignes à haute tension qui seront utilisées au mieux un quart du temps.

Un coût exorbitant

Le coût de production de l’électricité éolienne est très élevé, entre 20 et 30 ct le kWh, et il n’y a pas de perspective de réduction des coûts par le progrès technique comme cela est le cas pour l’énergie solaire. Si l’électricité est produite à un moment où elle n’est pas utilisée, il faut recourir au pompage-turbinage qui occasionne une perte de 25% d’électricité et augmente les coûts de l’ordre de 50 %.

Il est étonnant que les compagnies d’électricité investissent dans cette forme d’énergie alors qu’elles ont de la peine à rentabiliser leurs barrages qui produisent à 5ct le kWh. Il n’y a donc pas d’intérêt économique de construire des éoliennes industrielles en Suisse sans un subventionnement massif assuré par le mécanisme RPC / Pronovo sur le dos des consommateurs.

Générations futures

La Suisse étant densément peuplée et fortement équipée d’infrastructures, les territoires restés proches de la nature sont devenus rares. Or c’est en général justement dans ces territoires que sont prévues les installations éoliennes.

Les éoliennes que nous construisons aujourd’hui ne serviront à rien pour les générations futures, car leur durée de vie est d’une trentaine d’années. Par contre les générations à venir auront grand besoin d’une nature et de paysages intacts pour assurer leur bien-être, garantir les équilibres écologiques et protéger la diversité biologique.

Les inventaires fédéraux des paysages et des biotopes d’importance nationale sont les seules garanties que la nature et le paysage seront sauvegardés sur une surface minimale de notre pays. Il est plus important que jamais d’assurer la protection des ces espaces.

Que faire ?

Commençons par appliquer les mesures d’économies décidées dans la SE 2050, et évitons de promouvoir de manière déraisonnable de nouvelles consommations d’électricité pour l’informatique, le chauffage et la mobilité.

Développons en priorité les autres énergies renouvelables moins dommageables pour la nature comme le solaire, la biomasse et la géothermie, dont le potentiel est beaucoup plus élevé que celui de l’éolien.

Sur le plan économique il est absurde d’investir de l’argent non rentable dans la destruction de nos plus beaux paysages alors que nos voisins, allemands en particuliers, ont des surplus d’électricité renouvelable qu’ils bradent à très bas prix. Nous n’avons pas besoin de cette production éolienne pour les 30 ans à venir, ce qui correspond à la durée de vie des éoliennes et à l’échéance de EN 2050.

Nous pouvons certainement envisager la construction d’éoliennes dans des sites où leur impact est moindre pour une production complémentaire aux autres formes d’énergies renouvelables, mais certainement pas dans les proportions annoncées par le Conseil fédéral.

Conclusion

Une pesée des intérêts dans le domaine de l’éolien montre qu’une production intermittente et très coûteuse d’électricité ne justifie pas une dégradation des nos plus beaux paysages, des impacts négatifs sur la faune, en particulier les oiseaux et les chauves-souris,  et des nuisances pour les populations qui vivent à proximité ou utilisent ces territoires pour leurs loisirs et leur détente.

En conclusion chaque projet d’éoliennes industrielles doit faire l’objet d’une pesée d’intérêts qui permette d’éviter des atteintes à la nature, aux paysages et à la santé humaine pour une production d’électricité inefficace et coûteuse. Chaque projet doit faire l’objet de cette pesée d’intérêts sur la base d’évaluations sérieuses et indépendantes.

09:26 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous avez parfaitement raison mais vous êtes trop rare. Parlez-nous encore un peu de démographie, il est urgent de remettre quelques pendules à l'heure et les soi-disant Verts traitent ce problème d'une façon réellement désespérante...

Écrit par : Géo | 10/05/2018

On n'est pas sortis de l'auberge...

Écrit par : Pierre Jenni | 10/05/2018

Justement, à propos d'auberge, prenez le temps de venir à l'Hôtel du Chasseron, d'où vous pourrez admirer l'un des plus beaux paysages de notre pays. http://www.chasseron.ch/

Écrit par : Philippe Roch | 10/05/2018

Le temps de la réflexion est devenu une denrée rare. Jamais en Suisse on a ouvert le débat sur l'utilité et la justification des éoliennes industrielles alors qu'on l'a fait pour mille autres sujets moins importants. Les autorités ont dit sous le coup de l'émotion Fukushimesque : ce sera le "mix énergétique" avec les éoliennes et tout le reste mais surtout les éoliennes. Point barre...
Le fait que celles-ci ne représenteraient que quelques pourcents d'une électricité chère et de mauvaise qualité impossible à piloter n'est pas important : c'est la volonté qui compte, peu importe si l'on va dans le mur!

Écrit par : Jean-Marc Blanc | 10/05/2018

Les énergies propres c'est un piège à cons pour protéger la planète certains sont prêts à la rendre invivable pour d'autres.

Écrit par : norbert maendly | 11/05/2018

Les commentaires sont fermés.