08/01/2018

Une Suisse de fer et de béton

La carte de vœux du Conseil fédéral en dit long sur ses visions pour la Suisse


Photo du Conseil fédéral 2018.png

Je suis attristé par la carte de vœux du Conseil fédéral. La Suisse que nous souhaite notre gouvernement est un amas de fer et de béton, des montagnes trouées et un paysage couvert de routes, de chemins de fer, de téléphériques et d’éoliennes  où suffoquent quelques rares sapins et se terrent quelques animaux ridiculisés. Le Conseil fédéral nous aime-t-il si peu qu’il nous souhaite un tel avenir ? Malheureusement cette vision est bien réaliste, puisque les politiques de tous bords n’ont pour projets que de nouvelles activités, de nouvelles routes et de nouveaux bâtiments dans le cadre d’une croissance débridée. Quelques millions pour la biodiversité par ailleurs massacrée ne changeront rien à l’artificialisation totale du pays dont rêvent nos Conseillers fédéraux. Il a fallu le soutien populaire à l’initiative de Rothenturm il y a 30 ans pour obliger à la mise sous protection de quelques sites naturels et aux initiatives de la Fondation Franz Weber et Helvetia Nostra pour Lavaux et contre les résidences secondaires pour donner un bien trop léger coup de frein à la destruction de nos plus beaux paysages.

Le temps est venu d’un changement profond pour sortir de l’impasse dans laquelle nous nous sommes emprisonnés. Il faut refroidir, ralentir notre frénésie de consommation et de compétition et restaurer une relation enchantée avec la nature dans ses dimensions biologique, émotionnelle, psychique et spirituelle.

Aucun parti ne propose actuellement un tel changement. Tous sont captifs de l’idéologie de la croissance. Espérons qu’à l’intérieur de ces partis des personnes émergeront qui seront plus sensibles à ces questions et qui pourront amorcer un virage salutaire vers une société plus douce, plus chaleureuse et plus respectueuse de la belle nature qui subsiste.

A Genève, au moment où le Conseil d’Etat s’apprête à adopter une stratégie de la biodiversité, les projets de  routes, de déclassements et de constructions se multiplient. Il faudra questionner les candidats aux élections de cette année et donner notre préférence à celles et ceux qui manifesteront un esprit critique envers la croissance et feront des propositions pour une réconciliation entre les humains et la nature.

10:17 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci d'attirer notre attention sur ce décor qui mérite, en effet, une analyse.

Écrit par : Mère-Grand | 08/01/2018

100% d'accord, c'est un monde dans lequel je n'ai pas envie de vivre.
La critique de notre mode de vie est absente du débat politique depuis trop longtemps.

Écrit par : Christophe Ebener | 08/01/2018

"Aucun parti ne propose actuellement un tel changement. Tous sont captifs de l’idéologie de la croissance." Il faut limiter l'accroissement de la population, ici, en Suisse. Ces conseillers fédéraux souriants nous proposent un pays à 12 millions d'habitants à très court terme. Déjà aujourd'hui, à 8 millions, on n'arrive plus à respirer...

Écrit par : Géo | 08/01/2018

Cher Monsieur, lorsque j'utilise le terme de croissance il n'est pas limitatif. Pour prendre connaissance de mes interventions sur la démographie voir:http://www.pirassay.ch/site/fr/recherche/?s=ecopop

Écrit par : Philippe Roch | 08/01/2018

Ni vision ni esprit critique, nos Rentiers Fédéraux.
Ils commencent à courir, on a déjà fait trois fois le tour.

Écrit par : Roger B. | 08/01/2018

M.Roch@ Votre réponse à mon commentaire ne fait que souligner ce que je voulais dire. Je voulais faire ressortir cet aspect du problème, principalement parce que le parti le plus concerné par la défense de l'Environnement - enfin, c'est comme cela qu'il se présente malgré de forts soupçons sur sa nature de pastèque - le nie complétement...

Écrit par : Géo | 08/01/2018

Bravo à Philippe Roch pour cette analyse que je partage totalement.
Cette carte postale illustre à merveille un imaginaire borné et bloqué, une panne d'imagination poussée jusqu'à l'absurde.
Une fois que nous aurons tout bétonné, que tout aura été transformé en acier et en silicium, que la Suisse en totalité aura été transformée en connurbation sans limites, engorgée de multiples manières,j'imagine,avec Elon Musk,qu'il conviendra alors de poursuivre la tâche sur Mars !
Mais pourquoi tous ces bon apôtres ne partiraient-ils pas dès maintenant sur Mars, en nous laissant une planète avec ce qu'il reste encore d'espace et de vie ?

Écrit par : D. BOURG | 08/01/2018

En effet, ce Conseil fédéral qui nous trahit non-stop se trahit dans la carte de ses voeux 2018, affiche d'une absence totale de vision pour l'avenir de la Suisse

Marketing de l'incompétence de nos membres représentatifs, sans remords et sans courage. Supposés diriger la barque d'un pays mais capables de ne le faire qu'aux flots de ses acquis (marchés financiers fondés sur ressources mondiales: du passé, marchés avec la Chine &/ou hors UE histoire de bouger le curseur des exportations: à peine présent, politiques d'immigration/emploi, agricoles/suffisances alimentaires, social/santé & sécurité etc, datant du XXe siècle),

en bref un Conseil Féd en amnésie cataleptique face au mur délaissant ces citoyens à leur sort (je force à peine le trait).

Écrit par : divergente | 09/01/2018

Merci pour votre billet, ça me rassure de ne pas me sentir seul à penser cela.

Écrit par : Krzysztof Hagmajer | 11/01/2018

Les commentaires sont fermés.